A110 Etude d’une portière                                                                    s

11/05/21

***Pour revenir à la page d’accueil** ICI

Un excellent site de restauration de Berlinette

http://nanard289.unblog.fr/presenta...

Photos détaillées de la dépose/repose du mécanisme des vitres.

Comme il est assez pénible à réaliser, on se livre à cet exercice uniquement pour de bonnes raisons telles que : un jeu excessif dans le maintien des glaces, le remplacement du feutre de guidage vertical de la vitre rectangulaire, le décapage puis une remise en peinture d’éléments internes corrodés...

S’il s’agit de changer uniquement les lèche-vitre externes, ne rien démonter, retirer la lame de caoutchouc, huiler la gorge et y introduire la nouvelle lame. Il y a un piège cependant : si on tire trop fort, le caoutchouc se dilate. Au fil du temps il reprend sa longueur d’origine et on constate qu’il manque quelques centimètres au lèche-vitre externe quelques temps après la pose !

Vue d’ensemble du système. Porte gauche, coté interne.

Porte droite, coté externe

Porte droite, coté interne.

Dans mon cas, la raison de ces travaux était double : le feutre de la glissière arrière droit avait glissé vers le bas et d’autre part, le boulon de fixation ( pour ces deux glissières) avait perdu son écrou. On verra plus loin les mesures prises pour éviter la récidive de ces deux "opportunités d’amélioration" comme on appel toute panne sur une A110 !!

On commence par déposer la manivelle de vitre avec un clou et un tournevis : on pousse la "goupille cylindrique"(clou coupé à la pince en réalité !). On ne touchera pas tout au long de ces travaux à la commande de gâche de la porte.

C’est la fameuse glissière verticale arrière, avec cette fois le blocage du feutre en "U" dans sa gorge grâce à cette vis à tête fraisée de 3mm et son écrou.

Le haut de la glissière verticale arrière reçoit maintenant un boulon avec un contre-écrou, ou un Nylstop si on en a du bon diamètre.

Le contre-plaque de fixation du lèche-vitre externe est d’origine tenue par des vis Parker qui rouillent. Ici elle sont remplacées par des boulons de M3.

Ensuite on protège la contre-plaque avec une bande de Scotch.

Si la qualité déplorable de la plupart des rubans du commerce vous agace, passez au seul, le vrai, le Scotch 3M-Super 33+. On le trouve dans les magasins pro comme REXEL.

Une solution élégante au problème de la butée de commande de la vitre : un simple dent pliée à angle droit : c’est simple et efficace.

Début du remontage. Le mécanisme est réglé environ à mi hauteur de levée de la vitre.

Le pion qui coulisse dans la rainure doit être correctement enfoncé pour que la rondelle porte et non le ressort.

Là je propose un montage anti-crise-de-nerf et économiseur de vis de 3 qui tombent au fond de la portière !! Il s’agit d’une simple bande de tôle de 5/10 percée et sur laquelle on monte avec 3 écrous les vis qui maintiendront la vitre fixe, triangulaire.

Ne pas perdre les deux rondelles/patin de glissement, probablement en Teflon, qui évitent le jeu et aident au glissement de la vitre dans la glissière en inox.

La légende dit que Jean Rédélé était fier de cette invention et regrettait de ne pas l’avoir brevetée !!!??? Toujours est il qu’effectivement ces vitres ne "ferraillent" pas après 40 ans d’usage ...intensif.

On termine par l’introduction de la glace triangulaire fixe. Ne graisser la crémaillère qu’au tout dernier moment pour éviter de mettre partout de la graisse... Idem pour le graissage de la coulisse en inox avec du WD40, par exemple.

Réglage de la hauteur d’une portière

C’est une opération longue et délicate, et il n’existe pas à ma connaissance, de "voie royale" qui permettrait de la raccourcir. Un bon conseil nous est donné par Pierre Maingourd ( sur le FAR, Forum Alpine Renault )

"Je conseillerai de faire les ajustements avec un lest dans la portière correspondant peu ou prou au poids des éléments à intégrer !"

Gilles Vallerian sur le forum (FAR) donne ces conseils:

"Porte d'origine en bon état : une journée. la même chose en neuf : une semaine par flanc avec les custodes et les porte-joints.
avant le montage il faut préparer toutes les pièces, se faire une bonne collection de visserie en 3/4/5/6... bien étudier le montage a blanc, monter les vitres de custodes et tous les joints de porte haut et bas. Puis montage des charnières, des portes, reglage de la porte avec la gâche, et ensuite quand la porte est réglée : montage des ouvertures de porte, du triangle vitré (pièce dont le réglage est le plus important), puis montage du monte vitre et du reste de la tripaille de porte."

Réparation d’une gâche

Le symptôme est l’ouverture difficile de la porte. La cause en est l’usure de la dent du milieu de la gâche. pour me dépanner, en attendant d’en commander des neuves, j’ai essayé à tout hasard de réparer cette dent avec la meilleur epoxy que je connaisse, la JB Weld.

Et comme ça fonctionne toujours très bien après plusieurs années, je reporte le remplacement des gâches....

La variante de Joao (1300VC74 sur le FAR)

Je monte d’abord la vitre triangulaire (photo 1), (que je règle par rapport au joint de porte), et le support AR avec son joint, puis je monte le lève glace à fond vers le haut puis je mets en place la glace dans la glissière (sans oublier les 2 rondelles en Teflon ), jusqu’à arriver au lève glace, mise en place du mécanisme dans la glace (photo 2)....puis je fais descendre le tout avec la manivelle....et j’ajuste au fur et à mesure le support AR (si besoin) avant de le serrer définitivement. (photo 3) Voilà, je ne sais pas si c’est la meilleure méthode, mais je n’ai pas trop galéré !

Photo 1 - 84.8 ko

Photo 1

Photo 2 - 72 ko

Photo 2

Photo 3 - 83.5 ko

Photo 3

Photo 4 - 84.4 ko

Photo 4


********************ANNEXE*****************************

Une vraie originalité : vitres électriques sur A110  !

 

" En gros, le moteur, situé en bas du caisson de porte (à proximité de la charnière basse), transmet, via un câble  souple (type gros câble de compteur) le mouvement de rotation  au pignon de crémaillère (au niveau de l'ancienne poignée) de façon à monter/descendre le bras/crémaillère ( principe identique au montage d'origine). Selon que l'on actionne l'interrupteur en montée ou descente, , le moteur tourne dans un sens ou l'autre.

La crémaillère est un modèle RENAULT DAUPHINE légèrement modifié.

La partie moteur/cable est assemblée et directement emmanchée sur le carré de manivelle;  puis l'ensemble est monté dans la porte en intercalant des entretoises d'épaisseur entre la platine et la doublure, pour compenser  l'épaisseur de l'embout du moteur emmanché sur le carré. "

Denis.B











d